Auguste Borget (1808-1877)

Couverture. Auguste Borget (1808-1877) : China and the Chinese. La Chine et les Chinois. Fragments de récit de voyage avec 32 lithos d'Eugène Cicéri. Bogue, London, Vibert, Paris, 1842. Avec le C.R. lecture d'H. de Balzac publié dans La Législature.


Tilt and Bogue, London, 1842.
Goupil et Vibert, Paris (seule l'édition anglaise est ici disponible).

avec le compte-rendu de lecture publié par Honoré de Balzac.

1836-1840 : A. Borget fait un long voyage autour du monde. Il reste dix mois en Chine (Macao, Canton, Hong-Kong), et en rapporte de nombreux dessins, qui lui serviront notamment à illustrer deux livres : La Chine et les Chinois (1842), dont son ami Balzac rédigera un élogieux compte-rendu, et La Chine ouverte d'Émile Daurand-Forgues (1845).

  • Balzac, C. R. lecture : "Si jamais un livre a pu avoir de l'actualité, n'est-ce pas celui-ci? Si nous n'étions pas ce que nous sommes, le peuple du monde le moins voyageur, le plus exclusif qu'il y ait, certes il devrait n'en pas en rester un exemplaire chez ceux qui vont être chargés de le vendre. Si, au lieu de le publier à Paris, l'auteur l'avait écrit en anglais et l'avait fait paraître à Londres, en une matinée, il eût disparu de la boutique où on l'aurait mis en vente. Un Français en Chine ! un artiste ! un observateur !... Qui est-ce ?"
  • "Je suis rentré chez moi, j'ai trouvé la Chine et les Chinois : trente-deux lithographies faites à deux teintes sur les dessins d'un Berrichon, par un jeune homme qui porte un nom cher aux arts et aux artistes, Cicéri... De lithographie en lithographie, il se faisait un changement dans mon esprit... À la vingtième, j'étais dans les eaux de la Chine ; et, à la trentième, je concevais parfaitement que le roi des Français ait accepté la dédicace de cet ouvrage, ait acheté le paysage chinois que nous avons vu à la dernière Exposition, ait commandé à Sèvres une table ronde, ornée de douze vues de Chine qui seront peintes sur leur patrie, la porcelaine !"
  • "Tous ceux qui liront les fragments de lettres qui précèdent ces trente-deux dessins, regretteront infiniment que M. A. Borget n'ait pas publié toutes les lettres qu'il a écrites sur son voyage en Chine. Quand aux sinophiles qui liront cet article, ils partageront ces regrets, car, pour le lire jusqu'au bout, il faut avoir porté la Chine dans son cœur, il faut avoir jeté son regard sur cet empire à féeries, il faut avoir enfin cherché des solutions aux problèmes infinis que l'existence de ce peuple présente, occupation qui constitue le vrai casse-tête chinois !"

Extraits : I am then at last in China ! - L'aqueduc en bambou - Les bateaux tirés à terre
Le grand temple de Macao - Salaires, thé, opium, Angleterre, Chine - Rue et marché à Canton
Lire aussi


I am then at last in China !

China. Auguste Borget (1808-1877) : China and the Chinese. La Chine et les Chinois. Fragments de récit de voyage avec 32 lithos de Cicéri. — Tilt/Bogue, London, et Goupil/Vibert, Paris, 1842. Avec le C.R. lecture d'H. de Balzac publié dans La Législature.

On board the Psyche, August 9, 1838.

... I am then at last in China ! I have taken possession of the Celestial Empire ! and fortunately without experiencing what generally accompanies long-expected pleasures — expectation has detracted nothing from the reality. I am as proud of it as if it were a conquest ! This morning when the Captain asked me if I should like to bathe in fresh water, I most readily assented, and we landed in a creek, where a pretty little rivulet descends from the neighbouring heights, watering in its course hundreds of little patches of earth planted with rice and sweet potatoes, and laving the walls of a pretty little cottage built against some enormous blocks of rock, for here there is not an inch of ground that is not turned to account. There is nothing, it is true, very remarkable in all this; but either from prejudice, or because the country is really unlike every other, I found in the landscape an air of strangeness which charmed me...

After breakfast, we rowed towards a little valley, which had struck my fancy on the preceding day, but which a threatening storm prevented our then visiting. The valley was a delightful little oasis, spreading forth its charms of colour and of vegetation in the midst of arid mountains. Near where we landed stands a ruined wall, from which springs a tree, leafless except at its summit, its roots perforating the wall in every direction. Close by is a little court, formed by three buildings, at the end of which stands a temple. Besides the altar, and the urns, and the lanterns, by which it was decorated, I observed, suspended from the ceiling, a sort of tom-tom, of a singular shape, covered with inscriptions, and probably serving the purpose of our bells. From this temple proceeds a wall, formed of flat stones, enclosing a beautifully wooded and very picturesque spot. At a short distance is a little cottage, at the door of which stood an old Chinese. He advanced towards us and received us with the greatest hospitality, offering us tea, &c. Seated under the bower which shades the door of his cottage, I sketched the scene before me ; and although, as an artist, I dislike their rice fields, I could not help admiring the skill with which they distribute over them the scanty supply of water, but for which any harvest would be impossible, and all their labour vain.


L'aqueduc en bambou

Aqueduc en bambou.Auguste Borget (1808-1877) : China and the Chinese. La Chine et les Chinois. — Fragments de récit de voyage avec 32 lithos d'Eugène Cicéri. — London, Goupil/Vibert, Paris, 1842. Avec le C.R. lecture d'H. de Balzac publié dans La Lé

Bay of Hong-Kong, August 23, 1838.

...The sky cleared up and everything betokened a fine evening. Perceiving on a part of the island, opposite the city of Cow-Loon, some fine trees, which had hitherto escaped our notice, and above which rose columns of blue smoke, I intimated my desire to visit the spot, and all the remonstrances of the patron could not dissuade me. After crossing some rice fields, separated from each other by little ditches, which serve at once to collect and distribute the necessary moisture, I found myself approaching a herd of buffaloes, under the care of some children, and I was glad to escape from the fierce looks with which they regarded me as they rolled about in the dirty pool in which they were recreating themselves, and which warned me that I must not expect from them the same forbearance that I had received from their masters. It is by no means unusual for these animals, although quite inoffensive to the Chinese, to discover an European, even when dressed in the native costume, and to attack him fiercely. Proceeding along a pathway, shaded by beautiful trees and magnificent clumps of bamboo all covered with creeping plants, I at length reached the village. Three parallel streets, about six feet in width, conduct to the place or principal part of the village, the other end of which opens into a wide and well-paved street, at the top of which stands a large and fine building, more ornamented than any of the neighbouring houses, and probably the residence of the Mandarin.

As I advanced a large crowd followed me, which increased every minute, and all the inhabitants came to their doors to see the Fanqui pass. Every one invited me to come in, offering me tea or a pipe. I entered into one of the houses, and after drinking some tea without sugar, from very small cups, the owner, an old man, begged me, with the greatest appearance of cordiality, to accept the pipe from which I had been smoking. Indeed if I am everywhere received so well, in this new world, I certainly shall have no reason to join in chorus with those who proclaim it the most inhospitable country on earth.

On leaving this village, I ascended a little hill which overlooks it, and which commands a view of all the other parts of the valley. The view was very fine : at my feet spread out fields of green rice ; on my left, I could perceive many little hamlets embosomed amongst fine large trees ; on my right were some steep rocks ; while in the distance, and, terminating the view, appeared the bay and the fine mountains of Cow-Loon.

This part of the valley has only a narrow opening towards the sea-shore. In the middle of this little gorge stands a large mass of rock, of which the inhabitants, with their usual persevering industry, have most skillfully availed themselves. On the summit they have formed a little canal, and placing at each extremity a pipe formed of bamboo, have thus constructed an aqueduct to convey the water across the valley, and so fertilized places which, without such an expedient, had been condemned to eternal sterility.


Les bateaux tirés à terre

Bateaux à terre. Auguste Borget (1808-1877): China and the Chinese. La Chine et les Chinois. Fragments de récit de voyage avec 32 lithos d'Eugène Cicéri. London, Goupil/Vibert, Paris, 1842. Avec le C.R. lecture d'H. de Balzac publié dans La Législature.

Un matin, j'allai prendre terre dans une petite crique tout près du passage. Je me trouvai dans un village de bateaux tirés à terre, genre d'habitations dont on n'a nulle idée en Europe, même dans les pays les plus pauvres. Les uns sont abrités sous de grands arbres, d'autres adossés à des rochers ; beaucoup sont posés à terre et maintenus avec des étais ; les plus riches s'élèvent sur pilotis. Ces dernières demeures sont augmentées d'une pièce, si toutefois l'on peut donner ce nom à un tout petit espace entouré de planches dont le toit en paille ou en jonc repose sur quatre bambous placés aux angles du réduit, et n'affleure pas la cloison, ce qui laisse entrer l'air et la lumière, mais aussi le vent et la pluie quand il en fait. Le bateau qui est recouvert de nattes sert d'habitation ; il est flanqué d'un ajouté qui sert de décharge et de magasin où l'on range tous les instruments de travail et de cuisine. Ces espèces de trous contiennent cinq ou six habitants, et même plus, dans un espace où deux Européens ne sauraient vivre.

Vieux bateaux. Borget (1808-1877) : China and the Chinese. La Chine et les Chinois. — Fragments de récit de voyage avec 32 lithographies. — Tilt/Bogue, London, et Goupil/Vibert, Paris, 1842. Avec le C.R. lecture d'H. de Balzac publié dans La Législature.

Il est impossible à un Européen de concevoir comment tant de gens peuvent vivre dans un lieu si resserré. Écoutez-moi bien, et tâchez de vous faire une idée de ce que je vais vous dire.

Les premiers arrivés se sont emparés du sol et y ont mis leur vieux bateau qui ne pouvait plus aller à l'eau ; ceux qui sont venus après ont planté de fortes pièces de bois tout alentour, et ont ainsi fait un étage au-dessus des autres, soit en hissant leurs bateaux, soit, quand ils n'en avaient pas, en établissant un plancher qu'ils entouraient de nattes, et sur lesquelles ils mettaient un toit semblable. De plus pauvres encore sont survenus qui, n'ayant ni terrain, ni bateau, ni plancher, ni poteau, se sont nichés dans l'intervalle laissé entre deux autres habitations, y ont suspendu leurs hamacs, et, quelque mal assurée que soit cette demeure, elle suffit à toute une famille. Souvent une seule échelle sert à cinq ou six habitations. Il n'y aura ni droits acquis pour les uns, ni assujettissement pour les autres. Chaque maison a sa petite terrasse, d'où pendent souvent des nattes, des lambeaux de toute espèce, et qu'on traverse sans difficulté. Je suis monté sur un assez grand nombre : partout, il y a des fleurs, malgré le peu d'espace, et j'ai eu un plaisir infini à retrouver quelque poésie au milieu de tant de misère. Les habitants sont si entassés, qu'ils ont peine à trouver dans leur bouge une place pour l'autel domestique, qui ne manque dans aucun pourtant. C'est tout simplement une petite armoire à deux battants, occupée par une statue de cire ou de bois habillée du mieux qu'ils peuvent, et par tous les objets qui garnissent les autels des temples, mais en proportions minimes. Matin et soir, on offre le thé à cette divinité, et l'on allume de petites bougies rouges. N'allez pas croire, mes chers amis, que la misère de ces pauvres gens influe sur leur santé ; non, dans ces petits réduits de cinq pieds de haut ou de large, et du double en longueur, tous les visages sont joyeux ; et, quand ces pauvres gens ont un instant de liberté, ils jouent aux dés. Au moindre cri qui se fait entendre, toutes ces demeures que l'ont croirait désertes s'animent en un instant : l'on voit fourmiller une innombrable quantité de têtes, et l'on se demande d'où elles sortent, et comment tant de monde peut tenir dans un si petit espace.


Le grand temple de Macao

Macao. TAuguste Borget (1808-1877) : China and the Chinese. La Chine et les Chinois. — Fragments de récit de voyage avec 32 lithographies. — Tilt/Bogue, London, et Goupil/Vibert, Paris, 1842. Avec le C.R. lecture d'H. de Balzac publié dans La Législature.

Macao, May 2, 1839.

It is so difficult to describe Chinese objects in European language, that I have not yet dared to speak to you of the great temple of Macao — the greatest marvel which I have yet seen. I should be obliged to invent words to convey an adequate idea of objects to which there is nothing similar in Europe, and for which therefore I can only have imperfect comparisons. Almost daily I visit this temple — the Chinese name of which, Neang-ma-ko, signifies the Old Temple of the Lady —, either in the morning when all is shadow, or in the evening when every stone and tree and roof reflect the sun, or at mid-day when the extreme heat obliges me to seek its grateful shade. At every hour, and under every aspect, the view of the temple is striking, and, although far from imposing by its magnitude, it yet attracts by the delicacy of its proportions, and especially by its eminently Chinese character. I never visit it without observing some interesting scenes, some new and piquant details which had previously escaped my notice. I am sure always to find some attractive and picturesque point of view, and indeed I could form a very curious album, merely from the enclosure of the temple and the esplanades on which it stands. Viewed as an object of Chinese art, every thing in the disposition of the edifice is admirable ; its arrangement, its picturesque situation amidst rocks and trees, as well as the numerous ornaments by which it is enriched. It is certainly the most interesting object of study which an European could choose. I am assured that nowhere else in China is there to be seen a more remarkable edifice, and I believe it, so superior is it to anything that I have elsewhere seen.

On leaving the town by the street in which stand the Protestant Church and the European Hospital, and proceeding towards the North-west, after passing along the walls of some gardens, we reach a little eminence. From this spot is obtained a good view of the interior of the port and the green mountains of Lapa. Nothing indicates the proximity of the temple except the tops of two red masts, surmounted by three golden balls. The road is terminated by a broad stair-case leading to the temple. At the foot of the stair-case, close by the rocks, are placed three black tumular stones, embedded in grey rock. Judging from the numerous inscriptions with which they are covered, it seems that here as well as in Europe, people like to proclaim the qualities and the titles of the deceased, for death hides all faults : the evil is soon forgotten — the good only is remembered. At these tombs begins the semi-circular esplanade on which the temple is situated. In front of the temple stands the two red masts, each of which has, at about two-thirds of its height, a large frame-work, and on the top the three golden balls which attracted our notice on our arrival. Between these two masts is the most favourable position for viewing this Chinese wonder.


Salaires, thé, opium, Angleterre, Chine

Extrait du compte-rendu de lecture d'Honoré de Balzac

Ce constant bon marché des salaires, qui vous est démontré maintenant, est la question cachée au fond de la guerre de l'Angleterre avec la Chine. Les bornes de cet article imposent la loi de dire les choses en peu de mots. Voici donc, selon notre voyageur, en quoi consiste la difficulté.

L'Angleterre a commis la sottise de s'adonner au thé, pour se dispenser de nous acheter nos vins, car le thé produit une excitation nerveuse de laquelle l'Anglais et l'Anglaise se sont fait une habitude. Un peuple qui a des habitudes perd sa liberté. Voilà pourquoi l'on jette les jeunes Français dans le cigare, qui est à l'opium à peu près ce que le vin est à l'eau-de-vie. Le thé ne se fabrique qu'en Chine. Entendons-nous bien ? On sait, depuis longtemps, que la température, la longitude et la latitude des contrées où le thé se cultive en Chine, est identique avec les conditions atmosphériques d'une grande partie de la France. Le thé viendrait parfaitement en Touraine, en Berry et dans la vallée du Rhône.

Faire venir le thé n'est rien. Voici quelles sont les nécessités de sa préparation pour devenir matière commerciale. Chaque feuille de thé doit être d'abord cueillie, une à une, puis, placée, une à une, à une certaine distance l'une de l'autre, pour être séchée. Une fois sèche à un certain degré qui laisse la possibilité de la manier sans la casser, chaque feuille doit être roulée, toujours une à une et entre les doigts, comme vous la voyez roulée. Maintenant, pensez au nombre exorbitant de petits points verdâtres qui sont dans une livre de thé, lesquels, soumis à une infusion d'eau bouillante, se déploient et redeviennent une feuille après vous avoir été vendue sous forme de boulette ?... Les avez-vous jamais comptés ? Non, ni moi, mais il y en a des milliers. Or, supputez les différents bénéfices du cultivateur qui plante et récolte, des Chinoises qui cueillent, étendent et roulent, du commissionnaire qui transporte, de l'entrepositaire qui garde, du spéculateur qui va chercher à Canton, du navigateur qui apporte en Europe ces parfums doublement chinois ; calculez les bénéfices du marchand en gros et du marchand en détail, sur le prix d'une livre de thé dont la qualité la plus chère ne vaut, place de la Bourse, que quarante francs ?... Ne comprendrez-vous pas alors que, si l'on veut faire venir du thé dans beaucoup de pays, il n'y a que les Chinois qui puissent vous le préparer à la sueur de leurs doigts ? Aussi les Anglais, fatigués de perdre des millions avec la Chine, à laquelle ils n'apportaient que très peu de marchandises, ont-ils rêvé à inoculer aux Chinois un besoin qui les forçât à subir un échange. Le Chinois riche s'ennuie ; il n'a pas, comme l'Anglais, la ressource du tourisme, car, un Chinois sorti de Chine ne peut plus y rentrer. Les Anglais ont apporté aux Chinois du bonheur en petits bâtons bruns, le rêve de l'opium, le paradis des Malais et des Orientaux. Les Anglais, en échangeant le thé contre de l'opium, ont pu mettre alors un terme à l'épuisement des capitaux anglais absorbés par la Chine. On s'est aperçu bientôt en Chine du défaut que produisait cette consommation dans ce que nous appelons la balance commerciale. Frappé par la profonde immoralité que commettait l'Anglais en vendant du poison à son peuple, le gouvernement chinois, mu par deux raisons également puissantes, la morale et l'intérêt, mais bien plus puissantes quand l'intérêt se cache sous la morale, a défendu le commerce de l'opium. Pour ne pas recommencer à donner son or, l'Angleterre a préféré faire la guerre.

Mais la Chine est plus forte que l'Angleterre. D'abord, la Chine s'est mise à cultiver le pavot et à recueillir l'opium de manière à en vendre à ceux qui en veulent, chez elle et ailleurs. Puis elle n'a qu'à refuser du thé aux Barbares, à faire rentrer ses populations à l'intérieur, elle lassera, elle usera les Anglais : les Anglais céderont. Les Chinois, à qui l'on apprendra, d'ailleurs, à se servir de l'artillerie, à lancer des fusées à la Congreve, feront la guerre de machine mieux que qui que ce soit, car ils ont le génie de l'imitation manufacturière au plus haut degré, puisqu'ils font un instrument de précision de monsieur Gambey, tout aussi bien que monsieur Gambey, sans en connaître ni l'usage, ni la destination. La guerre de Chine sera donc désastreuse pour l'Angleterre, à qui les Chinois vendront le thé dix fois plus cher, le jour où l'empereur leur donnera, par un rescrit quelconque, le droit de hausser les prix. On ne peut pas refuser aux Chinois d'être les premiers commerçants au monde : les Anglais ne sont que leurs cadets. Aussi tout ce que l'Angleterre aura pris aux Chinois, elle sera obligée de le leur rendre avec usure. Peut-être est-ce pour grossir leurs comptes qu'ils se laissent dévaliser, comme on nous le dit, par John Bull.


Rue et marché à Canton

Extrait de Fragments d'un voyage autour du monde, 1850

Parmi la douzaine de lithographies formant le recueil d'A. Borget, l'une concerne la Chine et Canton.

Rue et marché à Canton. Auguste Borget : Fragment d'un voyage autour du monde.

L'artiste qui, las du spectacle des petites industries qui viennent chaque matin s'exercer sur la place des Factoreries, veut sortir enfin des limites de la prison assignée aux Européens, limites que du reste ils reculent sans cesse, ne doit s'aventurer qu'avec une extrême circonspection dans le dédale vraiment fabuleux des rues des faubourgs de Canton. Elles sont si étroites, si animées, si bruyantes ; les passants si nombreux, si affairés, et les porte-faix si peu soucieux de ne pas le heurter de leurs fardeaux, qu'il a peine à trouver un coin inoccupé où il puisse se poser avec son album. Vers quelque côté de la cité qu'il tourne ses pas, dans quelque rue qu'il avance, sur quelque place qu'il s'arrête, il y a certaines professions, certains individus qu'il ne manque jamais de rencontrer. Ce sont bien les mêmes que sur la place des Factoreries ; seulement le cadre dans lequel les groupes se meuvent est différent.

Voilà le barbier avec son lavabo, sa petite sellette dans laquelle il a ménagé des tiroirs pour y placer ses peignes, ses rasoirs, ses pinces à épiler, son cure-oreille, sa perle à œil, petite boule de corail ou de cristal au bout d'un manche d'ivoire plus ou moins orné : le voilà rasant, épilant une pratique rieuse, ou plongée dans une somnolence qu'il lui a procurée à l'aide de quelques passes magnétiques, et achevant cette longue opération en tressant avec le soin le plus minutieux une longue queue entremêlée à l'extrémité d'un cordonnet de soie rouge qu'il arrête par le nœud le plus coquet qu'il puisse inventer. À ses cotés est un fin matois gagnant au jeu de dés les sapèques de pauvres enfants. — Plus loin sont des serruriers, des restaurants ambulants avec leurs grands parasols. — Plus près est un diseur de bonne aventure, avec sa table où sont étalés ses petits papiers rouges, son encre, ses pinceaux. C'est autour de lui que la foule se presse, que les crédules se succèdent sans relâche, ayant hélas ! besoin de s'aveugler sur le présent par l'espérance d'un meilleur avenir. Quelque confiance que ses clients aient en lui, j'en ai vu plus d'un, en le quittant, entrer dans un temple au toit de porcelaine capricieusement découpé, pour contrôler l'oracle du sorcier, en consultant au moyen de petits morceaux de bois dont il observe la position après qu'il les a laissé tomber, l'idole de sa divinité préférée.



Document Microsoft Word 6.0 MB
Document Adobe Acrobat 3.8 MB